Nos propositions de lois

Retrouvez ici l’ensemble des propositions de loi déposées par le groupe CRC. Lire la suite

Une anomalie de l’Histoire

Abrogation du délit de blasphème -

Par / 22 mai 2015

La problématique de la législation sur le blasphème est inscrite de longue date dans notre Histoire. On peut ainsi remonter au siècle des Lumières quand Voltaire, évoquant le destin tragique du Chevalier de La Barre, dernier condamné en justice, torturé et exécuté pour blasphème en France, faisait la démonstration de l’obscurantisme des lois religieuses et de la nécessité de la liberté de pensée.

La Révolution française de 1789 affirmera la liberté d’expression et de pensée et mettra fin au rôle historique de fondement de l’ordre social que la religion remplissait. Un siècle plus tard, en 1881, la loi sur la liberté de la presse qui s’inscrit dans une philosophie fondamentalement laïque n’interdira pas des débats d’opinions et des campagnes de presse extrêmement violentes entre d’une part les tenants de la Religion et ceux de la laïcité. Cela mettra à mal puis finira par briser l’idée d’un lien naturel et incontestable entre État et Religion. La loi de 1905 sur la séparation des Église et de l’État viendra mettre un point final au débat.

Depuis 1791 il n’existe plus de délit spécifique de blasphème entraînant la privation de liberté. En France le blasphème défini par le dictionnaire Larousse comme étant « la parole ou le discours qui outrage la religion ou la divinité » n’est pas punissable. La Loi sanctionne par contre l’injure et la diffamation des personnes et des groupes, et précisément les attaques contre des groupes religieux lorsqu’ils sont dénigrés en tant que tels. Ce qui est ainsi interdit c’est « l’injure, l’attaque personnelle et directe dirigée contre un groupe de personnes en raison de leur appartenance religieuse » ou l’incitation à la haine raciale ou religieuse. C’est bien l’ordre social et la tranquillité publique qui sont protégés dans notre pays ; dans notre pays, sauf en Moselle et dans les deux départements d’Alsace.

En effet, l’article 166 du code pénal local d’Alsace-Moselle punit tout individu coupable de délit de blasphème d’une peine de prison de 3 ans ou plus. Il dispose que « Celui qui aura causé un scandale en blasphémant publiquement contre Dieu par des propos outrageants, ou aura publiquement outragé un des cultes chrétiens ou une communauté religieuse établie sur le territoire de la Confédération et reconnue comme corporation, ou les institutions ou cérémonies de ces cultes, ou qui, dans une église ou un autre lieu consacré à des assemblées religieuses, aura commis des actes injurieux et scandaleux, sera puni d’un emprisonnement de trois ans ou plus. »

Anomalie de l’Histoire, cet article 166 est un sujet de débat entre certains juristes et certains tribunaux sur la portée de cette disposition et son application possible. Le meilleur moyen de clore ces atermoiements est de supprimer cet article 166 du code pénal local d’Alsace-Moselle.

Les représentants des religions d’Alsace-Moselle ont proposé, le 6 janvier 2015 lors d’une audition devant l’Observatoire de la laïcité, d’abroger la législation locale relative au blasphème.

Cet article 166 est l’héritage d’une disposition du code pénal allemand de 1871. Il constitue une anomalie législative dans l’Histoire de notre République. Il fut invoqué plusieurs fois depuis sa création. En 1954 tout d’abord, avec la condamnation en première instance de Perdurer et Sobolev par le Tribunal Correctionnel de Strasbourg avant annulation de la peine par la Cour d’Appel de Colmar. En 2013 ensuite, avec une plainte de la Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans contre Charlie Hebdo auprès du Tribunal Correctionnel de Strasbourg. De fait, l’existence de cette disposition, si désuète qu’elle soit, est encore parfois mobilisée. Dans le contexte actuel de nécessaire affirmation des valeurs de la République et en particulier celle de la Laïcité, il serait de bon augure que le législateur supprime cette disposition entrant en conflit ouvert avec les principes fondateurs de la République.

Le 6 janvier 2015, les ministres des cultes présents en Alsace et en Moselle auditionnés devant l’Observatoire de la Laïcité ont pris position pour l’abrogation de ce délit, arguant l’entrave qu’il constituait à la liberté d’expression.

Alors que le reste du territoire de la République ne reconnaît pas légalement le délit de blasphème, la reconnaissance par l’État de cette spécificité locale liée à l’Histoire tourmentée que ces trois départements ont traversé de la fin du XIXème siècle au début du XXème ne se justifie plus, comme cela a pu être le cas en 1919, par le besoin d’intégration progressive des trois territoires rattachés à la France.

Supprimer aujourd’hui l’article 166 du code pénal d’Alsace-Moselle est une nécessité pour faire valoir le caractère inaliénable et indiscutable de la liberté d’expression des citoyens.

PROPOSITION DE LOI

Article unique

L’article 166 du code pénal d’Alsace-Moselle est abrogé.

Les dernieres interventions

Nos propositions de lois Ces variétés continuent à être cultivées sans contrôle sur leurs impacts environnementaux et sanitaires

Moratoire sur la mise en culture des semences de colza et de tournesol tolérantes aux herbicides issues de mutagénèse - Par / 9 juin 2017

Nos propositions de lois Le CDG Express, un projet inutile et coûteux

Abrogation de la loi autorisant la ligne Charles de Gaulle Express - Par / 17 mai 2017

Nos propositions de lois Il en va de la liberté des femmes à disposer de leur corps

Inscription du droit à l’IVG dans la Constitution - Par / 10 mai 2017

Nos propositions de lois Nul ne peut être propriétaire des constituants génétiques du vivant

Limites du champ de protection d’un brevet concernant une information génétique - Par / 20 avril 2017

Nos propositions de lois Il faut permettre aux CHSCT de mieux jouer leur rôle

Comités de site pour les zones d’activités spécialisées - Par / 14 février 2017

Nos propositions de lois Des risques spécifiques liés à la spéculation foncière

Mixité sociale aux abords des gares du Grand Paris Express - Par / 21 mars 2016

Nos propositions de lois De la transparence contre la fraude fiscale

Transparence financière et fiscale des entreprises à vocation internationale - Par / 22 février 2016

Nos propositions de lois Une politique ambitieuse de l’offre de logement

Accès au logement social pour le plus grand nombre - Par / 15 décembre 2015

Nos propositions de lois Préservons nos Trains Express Régionaux

Maintien et développement sur l’ensemble du territoire national d’ une offre de transport ferroviaire régional de qualité - Par / 27 octobre 2015

Nos propositions de lois Le volet agricole du TTIP est susceptible d’aggraver fortement des difficultés déjà très lourdes

Conséquences du traité transatlantique pour l’agriculture et l’aménagement du territoire - Par / 27 octobre 2015

Nos propositions de lois À La Réunion comme dans ces trois régions, le territoire connaît des spécificités 

Extension à La Réunion de la possibilité accordée à la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane de fixer les règles applicables sur leur territoire dans des matières limitées relevant de la loi - Par / 27 octobre 2015

Nos propositions de lois Flou et opacité caractérisent ces négociations

Projets d’accords commerciaux entre l’Union européenne, le Canada et les États-Unis - Par / 4 novembre 2014

Nos propositions de lois Les syndicalistes ne sont pas des criminels

Interdiction du fichage génétique des personnes poursuivies pour des faits commis à l’occasion d’activités syndicales et revendicatives - Par / 21 février 2014

Administration